Scroll to top
en fr

IIU

L’insémination intra utérine Conjugale (IAC) ou avec sperme de donneur (IAD)

 

L’insémination est une technique d’assistance médicale à la procréation (AMP) qui consiste à replacer des spermatozoïdes préparés au laboratoire, au niveau de l’utérus. L’objectif est d’optimiser la rencontre entre le(s) ovule(s) et les spermatozoïdes.

Les prérequis à l’indication de cycles de stimulation ovarienne avec insémination intra utérine (IIU) sont :

  • une perméabilité tubaire (au moins une trompe perméable à l’hystérosalpingographie ou à la cœlioscopie avec épreuve au bleu)
  • un quantité de spermatozoïdes mobile suffisante après préparation. Ainsi un test de migration survie (TMS) supérieur à un million sur les analyses de sperme du bilan d’infertilité permettra de prédire la faisabilité des IIU.

 

Il s’agit d’une technique d’AMP simple, peu invasive.

Une stimulation ovarienne est le plus souvent débutée en début de cycle par des injections sous cutanées afin d’obtenir selon les cas 1 à 3 follicules matures. Un suivi régulier (monitorage) par des dosages hormonaux sanguins et des échographie(s) pelvienne(s) par voie endovaginale est indispensable.

Lorsque le ou les follicule (s) est/sont mature(s) (16-22 mm de diamètre), une dernière injection (hCG) est réalisée pour déclencher l’ovulation. L’insémination intra utérine de spermatozoïdes a lieu le surlendemain (36 à 40 heures après le déclenchement).

Le jour de l’insémination, l’homme devra réaliser un recueil de sperme après 2-3 jours d’abstinence. Le sperme sera préparé le jour même au laboratoire afin de sélectionner les spermatozoïdes les plus à même de féconder le(s) ovocyte(s).

L’insémination est un geste simple. Après pose d’un spéculum, un cathéter fin et souple est introduit dans la cavité utérine par le médecin. Ce geste est indolore, ne nécessitant pas d’anesthésie.

Les spermatozoïdes préalablement préparés et sélectionnés sont alors déposés au fond de la cavité utérine. Un repos de quelques minutes suit le geste.

Afin d’optimiser les chances de grossesse, il sera vivement conseillé au couple d’avoir des rapports le soir même et les jours suivants permettant d’augmenter le nombre de spermatozoïdes potentiellement fécondants et de donner des contractions utérines qui favoriseront l’ascension des spermatozoïdes en vue de la rencontre avec le(s) ovocyte(s).

 

Un traitement progestatif (soutien de la phase lutéale) sera débuté dès le soir de l’IIU, jusqu’à la réalisation 14 jours plus tard, du test de grossesse.

 

En cas de négativation, un nouveau cycle d’insémination pourra immédiatement s’envisager.

 

Les taux de grossesse en IIU sont d’environ 10 à 20%, augmentant significativement sur les 3 premiers cycles, avec un bénéfice moindre si 3 autres cycles sont pratiqués.

 

D’un point de vue administratif, une prise en charge à 100% est faite couvrant la réalisation de 6 cycles d’IIU.

Le couple devra présenter :

  • des sérologies (VIH, Hépatites B et C, Syphilis) négatives de moins de 3 mois pour la première tentative (puis de moins de 1 an pour les éventuelles tentatives ultérieures)
  • une spermoculture négative de moins d’un an
  • des consentements d’insémination intra utérine et d’absence de séjour en zone endémique Zika.

Réservez votre consultations

Consultations publiques (secteur 1, sans dépassement d’honoraire): contactez le bureau des rendez-vous de l’hôpital Antoine Béclère: +33 1.41.07.95.95

Réservez votre consultation privée

Consultations privées (secteur 2, avec dépassements d’honoraires): contactez Mme Céline Delattre au +33 1.45.37.40.53 ou celine.delattre@aphp.fr